théâtre

De mon hublot utérin je te salue humanité et te dis blablabla

L'Orpheline est une épine dans le pied / Cie associée aux Bancs Publics
  • création 2011
  • en tournée en 2011/2012

Une fiction poétique centrée sur la figure des harragas, ces candidats à l’exil qui vont chercher ailleurs ce qu’ils ne peuvent trouver en Algérie. Depuis le début des années 2000, ceux qui prennent la décision de partir clandestinement, embarquent sur des radeaux de fortune en Méditerranée, au péril de leur vie ; des noyades multiples et anonymes, aucun chiffre officiel n’existe malgré l’ampleur d’un phénomène qualifié de « tragédie nationale » par l’état algérien. « Mieux vaut mourir mangé par les poissons que rongé par les vers » est un leitmotiv de la jeunesse algérienne, dont une partie n’imagine plus son salut ailleurs que dans l’exil…

De mon hublot… n’est pas du théâtre social, ni un texte documentaire sur la « condition clandestine ». Pour moi, ce texte raconte avant tout la relation d’une mère et son fils.C’est donc un texte qui explore la « condition harraga » à partir du point de vue des mères et qui s’appuie sur une expérience physique forte : une houleuse traversée que j’ai faite sur l’un des itinéraires les plus empruntés par les harragas algériens : l’axe Annaba – La Sardaigne.

Mustapha Benfodil

 

Portée par une langue qui manie habilement la trivialité, par une tension qui arme la chair des acteurs tout en donnant la parole à ces harragas, témoins ordinaires d’une époque qui s’enfonce dans le dégoût de l’étranger, j’ai choisi de mettre en scène cette histoire comme une composition musicale à plusieurs voix, plusieurs dictions, accents…

Julie Kretzschmar

Une écriture contemporaine algérienne

Journaliste connu pour ses positions citoyennes engagées, auteur et dramaturge en langue française, Mustapha Benfodil vit à Alger. C’est au sein de cette langue française, « le butin de guerre » cher à Kateb Yacine, qu’il creuse une écriture, nerveuse et frénétique. Une écriture qu’il se plaît à nommer pop’littérature.

Une production de la compagnie l’Orpheline est une épine dans le pied. En co-production avec le Théâtre des Salins, scène nationale de Martigues, Système Friche Théâtre, l’Espaceculture_Marseille et Les Bancs Publics* lieu d’expérimentations culturelles. Avec le soutien du Service de Coopération de l’Action Culturelle de l’Ambassade de France en Algérie, du Conseil Général des Bouches du Rhône - centre départemental de créations en résidence, du Conseil Régional Provence- Alpes-Côte d’Azur et du Centre Culturel Français d’Alger.