Nuit de la doléance contemporaine

Faire venir le jour

Imaginée avec Sophie Wahnich et Julie Kretzschmar dans le cadre de la Biennale des écritures du réel #2
  • samedi 5 avril 2014 de 19h à 2h du matin
  • Au cabaret aléatoire - Friche belle de mai

un moment spécial au coeur de la Biennale des écritures du réel

Faire venir le jour ou comment revisiter les possibilités de donner de la voix à d’autres alternatives, à d’autres manières d’agir et de penser, à d’autres imaginaires. Ailleurs que dans le silence total, ailleurs que dans l’épuisement des gestes inutiles, des mouvements sans suite, ailleurs que dans la consternation.

Pendant la Révolution française, le peuple dit ses doléances. La douleur, le deuil, comme les doléances, appartiennent aux formes de la tristesse. Puis il perd la voix, aphone, le peuple est sidéré par la fuite du roi. Entre 2010 et 2012, le Tambour des doléances, collectif auto institué, a lancé un appel à doléances contemporaines. Certaines ont été éditées – aux éditions Prairies ordinaires, d’autres filmées – mises à disposition du public par Médiapart. Sans convocation particulière, ces doléances expriment des lassitudes, témoignent du désordre démocratique et de toutes ces histoires qui, parfois solitaires, parfois prises dans des moments collectifs, disent comment nos vies sont affectées par les politiques déshumanisantes au travail, dans les écoles, mais aussi dans les fêtes, dans les arts et dans la loi. Ces doléances contemporaines revisitent les doléances d’antan et notre trésor perdu : un peuple délibérant.

Ce rendez-vous du 5 avril est un élan, en 2014, pour prolonger cet appel à doléances contemporaines initié en 2010, pour participer à réimaginer des mondes possibles, pour sursauter. Faire venir le jour est dédiée à différentes expériences sensibles et artistiques, mise en fiction de gestes et de paroles qui pensent et proposent de ramener la foi en l’impossible.

A dire que cela vaut la peine d’imaginer autre chose avec des mots, des images, des mouvements, des expériences.

Parmi les intervenants :

DRSedef Ecer

Romancière, comédienne et journaliste franco-turque, Sedef Ecer a tenu une chronique sur l’occupation du parc Gezi au coeur d’Istanbul en juin et le mouvement  de protestation national qui en a découlé.
écoutez  « L’esprit de Gezi » sur France Culture

DRMustapha Benfodil

Auteur et journaliste algérien, Mustapha Benfodil est le co-fondateur du mouvement Barakat! – ça suffit ! – constitué en février 2014 suite à l’annonce de la candidature du chef de l’État actuel, Abdelaziz Bouteflika pour protester contre sa décision de se présenter pour un quatrième mandat.

 

DRSophie Wahnich

Agrégée et docteure en histoire, elle est directrice de recherche au CNRS. “Avec un collectif intitulé luce faber, nous avons réunis des doléances contemporaines et les avons publiées dans un recueil intitulé “est-ce ainsi que les hommes vivent?” en 2010.  C’est ce travail qui prend au sérieux la notion de doléance telle qu’elle a été mobilisée en 1789 qui désormais se poursuit, avec la conviction que chaque plainte porte en son sein un désir de monde tout autre, ce qu’on appelle aussi une utopie.  Donner à entendre l’utopie de la plainte, à l’articulation d’une cruauté vécue et d’une résistance imaginative à l’oppression que cette cruauté fait subir au corps social.  Là se logera notre propos.” S.W.
vidéo : Les Lieux du politique (extrait du film Notre Monde)

DRFlorence Pazzottu

“Maintenant n’est pas seulement l’affirmation d’un aujourd’hui, il est appel fidèle (jaillissement et durée) dans un espace libéré de toute promesse, il est l’action d’une main qui participe, présente, persiste et soutient (signe), ne lâche rien des fils du passé (récits dont elle porte aussi les traces) mais s’invente un geste neuf par lequel saluer l’avenir. Ainsi ce salut n’est-il pas non plus un simple accueil du jour qui vient, mais une déclaration, un dire qui est un faire et (de même qu’en amour) performe, transforme en portée (en rencontre) ce qui n’était encore qu’intense frottement ou remuement de notes (corps et pensées).” F.P.

DRLaurent de Richemond

“Dans cette soirée, je serai un fil rouge réel, fictionnel et métaphorique
Je serai là, silencieux, bruyant, ou bavard…
Je serai occupé, préoccupé, par la question de l’endroit que j’habite… (mon univers, mon monde, mon pays, ma nation, ma maison…)
Je parlerai de toutes ces choses que l’on doit faire et penser dans sa propre maison qui métaphoriquement nous interroge, nous ouvre – ou nous ferme – sur ce monde, notre monde…
J’essaierai aussi d’expliquer l’origine de la masse en tentant de faire comprendre l’importance de la découverte du « Boson de Higgs » dans la physique des particules…” L.d.R.

DREmy Chauveau

“C’est un nom féminin pluriel de l’ancien français douloir, du latin dolere, souffrir, (peut-être avec l’influence de créance, de creire, croire). Plaintes et vœux adressés….et tout ce qui s’en suit. Suivra pendra qui vivra verra quand Julie m’a demandé de participer à ce bout de nuit, je savais que je lirai mon journal avec soin et comme Benoît m’a décrite comme artiste sonore je réalise une cassette pour l’événement.
Parasiter l’inaudible contenu de ces mots clefs définitifs ? Ce qui s’en suit ? Sera improvisation, qui aura pour but l’enjeu de livrer pour sûr, d’assumer ce déroulé de ce que m’habite depuis deux siècles et plus si affinités… Ceci s’avèrera deux taches confrontant un duel. Drôlerie à la loose cachotteries et messes basses jouent à délivrance au portail de leurs écoles. Maintenant.” E.C.

DRAnne Alix

“Je suis cinéaste et proche de la Cité, espace de récits communs qui organise la Biennale et m’a sollicitée pour participer à la nuit de la Doléance. En ces temps de doute et de repli sur soi,  comment ne pas avoir envie de participer à une tentative pour remettre l’utopie au cœur de nos vies. Avec nos caméras, nous tenterons de déplacer les lignes et les rôles assignés (ou intériorisés)  par chacun. Et si les lignes étaient beaucoup plus mouvantes qu’on le croit ?” A.A.

DRLa Folie Kilomètre

La Folie Kilomètre est un collectif de création en espace public qui propose des interventions in-situ et à grande échelle. Ils se déplaceront avec des lettres à taille humaine, jouant avec des mots impromptus comme autant de sous-titres pour les temps forts de la soirée. Cette performance scénographique et typographique se fait l’écho de ce qui se dit, de se qui se joue, à l’intérieur comme à l’extérieur.
Voir le site du collectif

DRFaisons l’Histoire

Depuis un an, un groupe de 15 adultes conduit par le metteur en scène Michel André construisent ensemble « Faisons l’histoire ». Ils sont infirmier, éducateur, professeur, intérimaire, marin, médecin, psychologue…ils s’emparent du plateau pour explorer comment leur savoir-faire et leur savoir être affrontent et résistent aux enlaidissements de ce monde.

DRMediapart et le collectif luce faber

Projection d’une sélection de très courts films réalisés en 2012 (témoignages face caméra, interprétation ou résonnance) mettant en scène quelques doléances d’un appel lancé pendant le débat présidentiel de 2012 à l’initiative du collectif Luce Faber, mis en images par des réalisateurs et relayés par Mediapart.
Vidéo : regarder les vidéos en ligne sur Mediapart

DRZAMMIX

La bonne piste…

 

  • Une proposition des Bancs Publics - lieu d'expérimentations culturelles et de la Cité - Maison de théâtre dans le cadre de la biennale des écritures du réel #2.
  • En partenariat avec la Friche Belle de Mai