La vie est belle ?

L’Algérie, l’Égypte, la Syrie : trois pays au présent violent et aux lendemains incertains. Trois territoires que Julie Kretzschmar a souhaité mettre en regard à travers l’écriture de trois auteurs arabes contemporains. Pour mener à bien ce dialogue poétique, elle a sollicité la collaboration de Leyla-Claire Rabih et de Moise Touré : deux metteurs en scène qui, comme elle, travaillent dans un aller-retour régulier avec l’étranger. Sur un texte du journaliste et romancier H’Mida Layachi, Dédales, la nuit de la discorde, Julie Kretzschmar revient ainsi sur l’islamisme radical des années noires de l’Algérie ; Leyla-Claire Rabih donne à entendre les Chroniques d’un pays en guerre du dramaturge syrien Mohammad Al Attar, tandis que Moïse Touré plonge dans l’Égypte contemporaine vue par l’homme de théâtre Ahmed El Attar. Partageant un même dispositif scénographique et une distribution franco-arabe pour partie commune, les trois propositions résonnent, tissent les fils de leur narration en un récit plus vaste, qui pointe les impasses politiques mais révèle aussi les gestes d’espoir. Et dans ses interstices, accueille les réactions des auteurs mis, comme leurs histoires, sur le devant de la scène.

“Trois metteurs en scène (Moïse Touré, Leyla-Claire Rabih et Julie Kretzschmar ) ont travaillé ensemble – le projet ainsi abouti est déjà une indéniable réussite – à tramer ces voix qui parviennent encore à traverser le chaos.”

Marie Jo Dho, journal Zibeline, déc. 2014.