Lisières

Née d’un père allemand et d’une mère française d’origine tunisienne, Maude Grübel installée à Marseille et travaillant sur la mémoire intime, a été emmenée au Maghreb. Pour Lisières, à Alger. Lieux insolites, paysages organique, vues bar- rées l’attirent. scrutant des phénomènes de transition et de disparition, ses photographies travaillées à la limite de l’effacement jouent sur l’entre-deux où la vacuité, l’isolement et le déracinement dictent le cours des choses. Mémoires fantômes, présences, souvenances et oublis s’entremêlent en des « contre-espaces » selon ses mots.

« J’enregistre ce que les lieux semblent accepter de me dévoiler (…) et je décris la vie à travers le vide et l’absence // une sensation de déjà-vu // un moment fugace // je déclenche. La distance reste. »

L’exposition se fait installation plastique, chambre d’écho sono- risée mais aussi récit écrit en images et fragments de textes (recueillis à Alger), en sons et lectures.