danse

May He Rise

Ali Chahrour
  • création : avril 2017


Après avoir présenté Fatmeh en ouverture des Rencontres à l’échelle en 2015, le chorégraphe et danseur libanais Ali Chahrour est en résidence de création à Marseille pour May He Rise. Pour ce premier temps de travail en janvier 2017, il est accompagné par Les Bancs Publics et Montévidéo – atelier de fabrique artistique. Ce spectacle sera présenté lors de la 12e édition des Rencontres à l’échelle en novembre 2017.

Ali Chahrour : parcours

À l’Institut national des Beaux-Arts de Beyrouth, où Ali Chahrour est admis en 2008, la « danse dramatique », seule formation chorégraphique universitaire dispensée au Liban, s’enseigne en deuxième année. Classe au cours de laquelle il est remarqué par son professeur, Omar Rajeh, qui l’engage dans sa compagnie. Encore étudiant, Ali Chahrour diversifie ses approches du mouvement en multipliant stages et ateliers. Durant cette période, le jeune danseur apprend à « lutter pour créer » et esquisse sa première pièce, Sur les lèvres la neige, duo interrogeant la fin de l’amour, qu’il présente tout juste diplômé à Beyrouth et aux Pays-Bas en 2011. L’année d’après, il créé Danas qui « étudie la violence quotidienne faite au corps », première pierre d’une esthétique qu’il décide de construire, « sans compromis », dans le contexte social, politique, religieux qui est le sien : un refus des corps formatés de la danse contemporaine occidentale et une mise en avant d’un corpus « qui a oublié les grands récits du monde arabe ». Ses dernières créations, Fatmeh et Leïla se meurt, interrogent les rituels chiites et leurs métamorphoses contemporaines.

  • Coproduction : Fabrik Potsdam avec le soutien du Goethe institute, Arab fund for arts and culture  ”Afac”
  • Avec le soutien du Houna Center, Zoukak theatre company, Institut Français Beyrouth, Al Akhbar newspaper, L’orient le jour.
  • Remerciements : Montévidéo, Créations  contemporaines - Atelier de fabrique artistique